o

La mort, naissance d’une vie nouvelle..

 

Dans une vision élargie de la mort, la perspective d’abattement et d’injustice de la perte ne tient plus.

Il n’y a plus de perte, il n’y a que transformation, il n’y a plus de colère, il y a de la compréhension, il n’y a plus de vide, il y a tout un espace à découvrir.

La mort devient, pour celui qui part, un passage choisi vers d’autres horizons nécessaires à son évolution, et pour ceux qui restent, elle constitue une importante leçon de détachement planifiée avant l’incarnation.

Dans cette optique, la mort devient un vrai «  présent » à vivre et non plus un passé à se remémorer sans cesse.

Aucune espèce n’est immortelle sur terre, mais l’humain est sûrement la seule espèce à l’appréhender avec ses comparses nommés peur, souffrance, doute et l’envisager comme ultime finalité.

Je crois qu’en lui donnant un sens et en comprenant réellement le rôle qu’elle joue dans notre existence, nous pouvons l’appréhender différemment.

Le cycle de la vie et de la mort sert exclusivement à notre évolution, comme pour les végétaux avec les saisons, au printemps ils naissent, l’été ils sont épanouis, l’automne ils commencent à décliner, l’hiver plus de sève et au printemps, ils renaissent pour un nouveau cycle, les journées sont identiques : le matin, le midi, la soirée et la nuit…dans la vie tout est cycle et toujours en éternel mouvement, jamais rien n’est acquis.

En fait notre mission d’âme est de devenir meilleur, de transition en transition, pour se rapprocher toujours plus de la perfection.

En quittant la terre, l’âme a besoin de poursuivre sa route le plus légèrement possible, sachant que ses proches saisissent mieux la portée de cet « au revoir ».

Puisque les liens ne sont pas rompus avec cette séparation, l’âme ressent les inquiétudes, les tourments, la culpabilité, la douleur liée à ce départ et elle se rend compte que tout ceci est amplifié par l’incompréhension de la mort.

Imaginez que vous ayez gagné un super voyage qui va vous permettre d’évoluer dans votre vie….Préférez-vous que vos proches soient très heureux pour vous, en vous souhaitant le meilleur et en vous disant de ne surtout pas vous inquiéter pour eux, que tout ira bien même si vous allez leur manquer mais qu’ ils vont se débrouiller, de toute façon vous allez toujours pouvoir communiquer.

Ou bien qu’ils vous disent, comment mais vous partez, mais vous n’avez pas pensé à nous, qu’allons nous devenir sans vous, comment allons nous faire, comment pouvez-vous nous faire ça ?

J’imagine que vous préférez la première solution, donc pourquoi ne pas l’adopter lorsqu’une âme vous quitte en lui souhaitant un merveilleux voyage vers la lumière, en la remerciant pour tout ce qu’elle vous a apporté, en lui disant de ne pas s’inquiéter pour vous, qu’effectivement il va y avoir un manque, que vous allez certainement pleurer sur vous même mais que l’amour est aussi éternel et qu’il va continuer à vous relier pour l’éternité ,que chaque jour, vous allez lui envoyer beaucoup d’amour pour l’accompagner vers cette nouvelle destination et que la vie continue d’un côté comme de l’autre.

o

« L’expérience de la mort est presque identique à celle d’une naissance. C’est une naissance dans une autre existence. « 

Citation du Dr Elisabeth Kübler-Ross

o

Source:/http://www.coeursdelumiere.fr

 Cliquez sur Read More pour lire la suite 

o

Voici  de très beaux textes que j’ai envie de partager

avec vous.

o

o

 L’amour ne disparaît jamais…la mort n’est rien.


Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté.


Je suis moi et vous êtes vous. 

Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours. 

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné. 

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait. 

Ne changez rien au ton, Ne prenez pas un air solennel ou triste. 

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. 

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi. 

Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été. 

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Elle est ce qu’elle a toujours été.

Le fil n’est pas coupé. 

Pourquoi serais-je hors de votre pensée, simplement parce que je suis hors de votre vue ? 

Je vous attends, je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.Vous voyez, tout est bien.

o                                          

 (Saint Augustin)

o

o

   » Les larmes les plus amères versées sur les tombes tiennent aux paroles passée sous silence et aux actions restées inaccomplies.       

(Lillian Hellman) « 

o

o

 PRIERE AMERINDIENNE

 

  Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !

Laissez-moi partir
Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m’avez apporté !
Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur ! Je ne suis pas loin et la vie continue !

Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là,
Et si vous écoutez votre coeur, vous sentirez clairement
La douceur de l’amour que j’apporterai !
Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !
N‘allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit !
N‘allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

o

 (Auteur inconnu)

o

o

  Lettre venue d’ailleurs 

o         

   Tu as souhaité m’écrire, laissant le soin aux nuages,  de me transmettre ton message.   

Cette seule intention m’autorise à te répondre afin de te dire qu’en partant, j’ai bien emporté  toute la richesse et l’amour de notre vécu,  et, si du poids de mon corps je me suis allégé, je n’en reste pas moins, dans l’ombre, à tes côtés. 

Dés lors, si tu es à la recherche de notre hier, laisse voguer en toi les pensées et les rêves, car, dans ces voyages, nous nous retrouverons pour vivre ensemble cette intime complicité, et donner ainsi toute sa force à son éternité.  

Que la caresse du vent, un rayon de soleil, une étoile filante ou une goutte de pluie soient les anges porteurs de cet écrit  pour en traduire auprès de toi afin que, laissant de côté regrets comme oublis, tu vives intensément chaque moment de la vie.

o                  

   (Michel Thivent)

   

 

Posted in: Fin de vie.
Last Modified: décembre 26, 2015

Leave a reply

required