o

o

50

o

o

BIEN VIVRE SA MORT

o

par Danie Briez

o

Notre mort nous a été volée. A nous-mêmes et nos proches, parce que nous ne voulons plus la prendre en charge, ni regarder sur quoi elle nous interpelle. Tout un univers ultra spécialisé et médicalisé se charge de gérer ce Passage. La mort ne peut alors qu’être vécue sur un plan purement émotionnel, avec beaucoup de souffrances pour nous-mêmes et nos défunts. En découvrant les mécanismes énergétiques sur lesquels repose le passage et en expliquant simplement le transfert d’énergie et de conscience qui s’y opère, Daniel Briez donne accès à une approche plus apaisée de cet évènement.

o

Avec nos 75 000 milliards de cellules, le corps humain constitue un gigantesque émetteur/récepteur en relation étroite avec notre planète. Chaque cellule émet une fréquence vibratoire constituée de la fréquence de toutes les informations qu’elle contient. L’ensemble des fréquences émises par les cellules du corps humain compose la fréquence vibratoire générale appelée « corps de résonance » ou « corps vibratoire ». La fréquence émise par le corps vibratoire aimante littéralement à elle les fréquences de même nature sous l’effet de la Loi d’attraction qui nous stipule que « toutes émissions de même fréquence ont tendance à se rencontrer ».

 Chacune de nos cellules est porteuse de conscience. Non pas d’une fraction de conscience, mais de la totalité. Il s’agit d’une empreinte holistique, qui porte l’ensemble de nos connaissances, en corrélation avec notre âme et tout ce qui a existé pour nous de toute éternité, tout ce que nous sommes, au-delà du temps et au-delà de l’espace.

 Plus vous avez vécu une vie heureuse et plus votre énergie possède de hautes qualités vibratoires. Si votre vie a été difficile, soit vous vous êtes-trouvé en accord avec ces difficultés et votre qualité vibratoire est bonne, soit vous avez vécu cela dans la souffrance, la colère et l’angoisse, et votre qualité vibratoire est plus dense.

o

QUE SE PASSE-T-IL LORS DU DÉCÈS ?

 

l’ouïe ne s’interrompt pas immédiatement mais seulement plusieurs heures, voire plusieurs jours après son décès. Le corps de conscience enregistre et comprend comme s’il n’était pas mort ;

 – la vision ne s’interrompt pas. Elle se modifie dans la mesure où elle n’a plus besoin du support physique du corps. Elle est à 360 –

-Le corps de conscience voit tout ce qui se passe dans le périmètre du corps et bien au-delà ;

– la sensation du toucher ne s’interrompt pas. L’esprit enregistre, avec presque la même acuité et la même sensibilité, la façon dont le corps est touché ou traité. D’où toutes les réserves qu’il convient d’avoir vis-à-vis des dons d’organes, des procédés thanatologiques et des autopsies. 

Après l’arrêt des fonctions organiques du corps cellulaire, le corps de conscience entame un processus de désengagement du corps cellulaire. Un délai de trois à quatre jours (sept jours dans la tradition hébraïque) est nécessaire pour que le corps se libère totalement de sa sensibilité sensorielle.

 C’est la raison pour laquelle il est recommandé de maintenir le corps physique dans un environnement paisible (sa maison de préférence) sans aucune source de stress auprès de lui.

 

L’EGO N’EST PAS L’ÊTRE

 

L’ego est une entité énergétique, indépendante de la conscience et du corps cellulaire, construite par la représentation mentale, psychique et émotionnelle que vous avez de vous-même. Cette représentation s’élabore au moyen des matériaux collectés par votre histoire de vie personnelle, combinant le systèmes de croyances acquis ou inconscients, les éléments éducatifs et sociaux acquis depuis votre naissance, les éléments constitutifs de l’éducation parentale et institutionnelle, et les expériences de vie physique, psychique et émotionnelle. 

Il forme la structure énergétique par laquelle vous entrez en relation avec votre environnement. C’est par sa présence que vous prenez conscience de vos sensations et de vos émotions. C’est par lui que vous manifestez vos désirs et que vous dirigez l’énergie pour les mettre en oeuvre. 

Mais ce n’est pas votre être véritable. Or la confusion est fréquemment effectuée par le biais de ce que nous appelons « la personnalité ». Cette confusion s’inscrit en nous tant que nous n’avons pas pris conscience que l’ego est l’outil dont a besoin notre esprit pour s’identifier et se définir dans l’espace et le temps. C’est une énorme supercherie créée par les structures éducatives de notre société que de croire que l’ego représente la manifestation de notre identité.

L’ego n’est que l’interface entre votre corps cellulaire(générant des sensations physiques et corporelles)et votre esprit (conceptualisant votre présence et ces sensations). C’est lui qui vous fait dire « Je suis ceci ou cela », image de l’être social, qui, trop souvent, ne prend pas en compte sa réalité personnelle

 

L’ÉNERGIE SUIT LA PENSÉE

La pensée constitue la plus puissante force de matérialisation des évènements que vous ayez à votre disposition. C’est un véritable levier de transformation énergétique et vibratoire. Vous êtes et vous vivez ce que vous pensez. Vous pensez que vous serez malade, vous le serez sans aucun doute. Vous pensez n’avoir aucune valeur personnelle, personne ne se préoccupera de vous. Vous pensez que la Terre est un lieu de souffrance, tout viendra vous démontrer que vous avez raison. Vous pensez que vous êtes heureux, vous verrez tout le monde vous sourire et vous parler. Vous pensez amoureusement à votre partenaire, tout le monde vous témoigne de l’affection. Tout simplement parce que votre fréquence aimante les mêmes fréquences que celles que vous émettez.

De la même façon, vous mourrez comme vous avez créé votre vie. Il n’y a pas de raison pour que les règles de fonctionnement changent. Votre mort est votre création au même titre que tous les autres évènements de votre vie.

 Vous êtes le créateur de votre réalité, même celle de votre propre mort. Vous pensez que la mort est un passage difficile et empli de souffrances, vous vivrez une agonie atroce. Vous pensez qu’au-delà de la mort n’existe que le néant, vous pouvez être certain qu’après votre mort, vous resterez dans un néant, durant une longue période, jusqu’à ce que votre âme reprenne conscience qu’elle existe et veuille s’investir autrement.Vous pensez que votre mort se déroulera comme un doux glissement vers un sommeil bien-heureux, tel sera le cas.

A chacun de réunir les conditions pour que sa mort, comme celle de ses proches, se réalise sous des auspices confortables sans tension énergétique.

o

BIEN VIVRE POUR MIEUX MOURIR

La qualité énergétique de ce qui vous habite conditionne puissamment la façon dont se déroulera le passage de votre mort. Vous aimantez à vous des énergies de la même nature que ce que vous portez en vous, lorsque vous mourez. Très concrètement, cela signifie qu’au moment du Passage de la mort, si vous êtes habité par la colère et la haine, vous aimantez des énergies de même nature. 

Si vous êtes habité par la peur, il en est de même. 

Si vous êtes en paix avec vous-même et les autres, vous aimantez exclusivement des énergies de paix et d’amour. 

Si vous êtes dans la confusion intérieure, vous créez un environnement chaotique qui vous rend le Passage infiniment inconfortable.

o

PERMETTRE À NOS MORT UN PASSAGE HARMONIEUX

Le mort ne possède plus la possibilité d’intervenir directement sur l’état énergétique de son corps cellulaire. La qualité de son environnement devient, par conséquent, capitale. La responsabilité des membres de son entourage est alors essentielle.

* Si de bonnes conditions sont en place, le Passage s’opère en douceur et rapidement.

* Si les facteurs extérieurs s’avèrent plus chaotiques, le passage se prolonge, et peut même parfois s’interrompre. C’est alors à l’entourage d’apporter les énergies d’amour et de paix nécessaires pour que le dégagement s’accomplisse

o

 L’assemblée vibratoire (égrégore) constituée des personnes réunies autour du défunt fait office de levier énergétique pour aider le mort dans son processus de libération. L’atmosphère créée autour du mort doit donc être constituée de paix, de tendresse et de sérénité durant tout le temps du passage.

 On peut penser au petit groupe de « sages » à qui confier l’organisation générale des obsèques. Ils sont les garants de l’énergie de paix indispensable au bon transfert des énergies entre le corps cellulaire et le corps de conscience du défunt en veillant notamment à évaluer le temps nécessaire au défunt pour se libérer de son corps cellulaire. Le délai habituel nécessaire à ce processus est de deux à trois jours. 

Si une autopsie s’impose, il convient de diminuer l’impact de cet acte sur le corps de conscience en expliquant au corps les raisons de cette décision et ce qui va se passer avant l’intervention. Ensuite, la veille du corps devra réparer les dommages énergétiques causés par l’autopsie, en l’entourant de tendresse et d’amour.

 Bien sûr que les rituels de passage et cérémonies religieuses peuvent grandement faciliter le passage.Néanmoins, il faut veiller à ce qu’aucune messe commémorative ne soit faite si le corps de conscience du défunt a totalement été libéré du corps cellulaire. La commémoration aurait un effet inverse et créerait un attachement.

 Quand vient le temps de l’inhumation ou de l’incinération, il est important de réfléchir au contenu de ces derniers instants. La narration dé poèmes, un hommage au défunt, une musique favorisant le recueillement et l’élévation, ou d’autres éléments élevant le niveau vibratoire de l’environnement du corps du défunt seront autant d’éléments favorisant le Passage. 

Si le défunt a choisi d’être incinéré, il est impératif de respecter un délai de trois à quatre jours dans le cas de la crémation afin de permettre au corps de se libérer. Si le délai s’avère plus court, il est nécessaire de vérifier que la libération du corps de conscience est accomplie. Le délai communément posé de deux jours (en fonction d’enjeux purement matériels) est tout à fait inapproprié. La crémation supprime le support matériel cellulaire et contraint le corps de conscience à se dégager.

 

COMMENT SAVOIR SI LE CORPS DE CONSCIENCE EST DÉGAGÉ DU CORPS CELLULAIRE ?

 

Le moyen d’appréciation pour déterminer si le corps de conscience a totalement quitté le corps cellulaire est la sensation de paix et de sérénité qui se dégage dans la pièce où séjourne le corps du défunt. Si, en entrant dans la pièce, vous vous sentez en paix, cela signifie que tout est accompli et le corps peut entamer son dernier voyage. 

Si tel n’est pas le cas, il est conseillé que le groupe de sages réunisse quelques personnes porteuses de paix et de sérénité et passe plusieurs heures en compagnie du défunt pour l’aider à terminer sa mutation.

 

Bien vivre sa mort, c’est bien vivre sa vie. Nous mourrons comme nous avons vécu. Si notre vie a été belle, notre mort le sera aussi. Une belle vie est une vie emplie d’amour. Aimons la mort comme nous aimons notre vie. •

 

Source: Magazine ESSENTIEL N°13- Mars/Avril 2013

 

Posted in: Fin de vie.
Last Modified: décembre 26, 2015

Leave a reply

required