Daily Archives: 15 septembre 2017

Faut-il supprimer le gluten.

o

 Je vous transmettre la lettre du jour de Santé Nature Innovation (SNI Editions) qui est un service d’information gratuite  de Jean-Marc Dupuis.    

 

 

o

Faut-il supprimer le gluten quand on est bien-portant ?

Lorsque vous voyez un champ de céréales, au bord de la route, savez-vous reconnaître s’il s’agit de blé, d’épeautre, de kamut ou de froment ?

Si oui, vous êtes très fort !

Car en fait, le mot « blé » que nous utilisons couramment, et qui dans notre esprit désigne une céréale qui sert à beaucoup de choses dans notre alimentation (pain, farine, pâtisseries, pâtes…) n’est qu’une appellation générale.

Il n’y a pas d’un côté le blé, de l’autre l’épeautre, le kamut ou le froment. L’épeautre est une sorte de blé, le froment et le kamut d’autres sortes, tout comme le Bourgogne et le Bordeaux sont des sortes de vin.

Si donc vous décidez d’arrêter de manger du blé et que vous choisissez de manger « à la place » de l’épeautre, c’est comme si un alcoolique déclarait qu’il arrête de boire et qu’il remplace désormais le vin par du Beaujolais !

S’y retrouver entre les différents blés

Le terme blé regroupe une dizaine d’espèces différentes.

Leur point commun est qu’elles ont un ancêtre commun, appelé l’engrain sauvage.

L’engrain sauvage a été domestiqué par l’homme à l’époque du Néolithique, il y a un peu plus de 10 000 ans. Il a ensuite été croisé avec d’autres plantes pour donner l’amidonnier, une sorte de blé préhistorique riche en amidon, comme son nom l’indique.

Différentes sortes d’amidonnier ont été sélectionnées pour donner le blé dur, avec lequel on fait les pâtes et le couscous. Le kamut est une autre sorte d’amidonnier sélectionné. Quand il est question, dans la Bible, de Pharaon qui faisait remplir ses greniers de blé, ce sont ces blés qui sont concernés.

L’amidonnier a toutefois été croisé à nouveau avec une autre plante herbacée (c’est-à-dire une plante à la tige tendre, sans bois) pour donner le blé tendre aussi appelé froment, et l’épeautre.

Les gens imaginent souvent que l’épeautre est une variété très ancienne de blé mais ce n’est pas le cas. C’est une des plus récentes. La confusion vient du fait que l’engrain sauvage, qui est un des ancêtres du blé moderne, est aussi appelé parfois « petit épeautre » (alors que cela n’a rien à voir car le « petit épeautre » est un engrain domestiqué et modifié).

L’épeautre est donc, comme le blé tendre (ou froment), une forme moderne de blé, plusieurs fois hybridée. Elle contient en outre beaucoup de gluten. Cela veut dire qu’elle lève bien, mais cela veut aussi dire qu’il ne sert à rien de prendre de l’épeautre si vous cherchez à manger sans gluten…

Les nouveaux blés

Mais l’histoire du blé ne s’est pas arrêtée là.

Dans les années 50 et 60, de nouvelles variétés de blé à haut rendement ont été développées en laboratoire.

Incroyable mais vrai, les espèces actuelles de blé comportent 42 chromosomes, tandis que le blé ancestral, l’engrain sauvage, n’en avait que 14 !

Comme l’explique l’excellent Julien Venesson dans son livre « Gluten, comment le blémoderne nous intoxique », ces blés sont des mutants, avec des conséquences imprévues et inquiétantes, autant sur notre santé que sur l’environnement.

Le blé moderne torture notre intestin

À force d’hybridation et de modifications génétiques, le blé moderne contient désormais quantité de protéines nouvelles que nous sommes incapables d’assimiler.

Mais le problème ne s’arrête pas là.

Ces protéines, qui ne sont pas transformées par notre digestion, passent telles quelles dans l’intestin, et chez certaines personnes génétiquement prédisposées, cela déclenche des inflammations équivalentes à une véritable torture. On parle alors d’intolérance au gluten (ou « maladie cœliaque »), une maladie qui ne touche « que » 1 % de la population.

C’est là que s’arrête le discours officiel, car en réalité, plusieurs études scientifiques récentes ont démontré que le gluten du blé moderne est nocif pour tous les êtres humains, y compris pour les personnes qui ne sont pas intolérantes !

Du blé nocif pour tous les êtres humains

C’est un travail qui vient d’être publié. Il est le fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’hôpital général du Massachusetts, de l’université John Hopkins et de l’université médicale du Maryland (Etats-Unis).

Les chercheurs ont testé l’effet de la consommation de gluten sur 3 groupes de personnes : un groupe de malades cœliaques, un groupe de malades hypersensibles et un groupe en pleine santé. Résultat : dans tous les cas la consommation de blé augmente fortement la perméabilité intestinale en perturbant une hormone intestinale appelée « zonuline ». Et les conséquences de cette perturbation sont terribles.

Non seulement notre intestin souffre et peine à assimiler les nutriments, mais il peut laisser passer dans le flux sanguin certaines protéines qui vont agir dans notre organisme à la façon d’authentiques petits terroristes, déclenchant des maladies auto-immunes et augmentant le risque de cancer.

Parmi ces protéines, les plus connues sont les prolamines et les gluténines. Elles forment une bande organisée terrorisant les populations. Elles sont devenues célèbres dans le grand public sous le nom de « gluten ».

Le gluten est en effet un mélange de prolamines et de gluténines. Ce n’est pas une matière en soi.

Longtemps minimisés par les autorités sanitaires, les dangers du gluten sont aujourd’hui de plus en plus reconnus.

Car nous sommes beaucoup plus nombreux à souffrir d’une hypersensibilité au gluten, qui se manifeste par des symptômes diffus allant de la diarrhée aux ballonnements, à la dépression et aux douleurs articulaires, jusqu’à toutes les formes de maladies.

D’où les effets étonnants d’un régime sans gluten, qui peut non seulement résoudre les problèmes de digestion, mais aussi donner meilleur moral, plus d’énergie, moins de sensibilité aux infections.

Quels sont les effets positifs d’une alimentation sans gluten ?

Si vous n’êtes touché par aucun des symptômes ci-dessus, gardez en tête qu’une alimentation sans gluten est un moyen simple et efficace de conserver un intestin en meilleure santé et de limiter l’apparition de maladies chroniques incurables comme les maladies auto-immunes.

Une étude qui a suivi des adultes en bonne santé pendant un mois a aussi montré une importante diminution de la production de cytokines pro-inflammatoires grâce à un régime sans gluten.

Or, l’inflammation est un facteur majeur de maladies cardiaques, de cancers, de dépression, et de bien d’autres maladies.

Il se pourrait donc bien que l’alimentation sans gluten, ou limitée en gluten, ait également de gros effets positifs sur notre santé. Pourquoi ne pas essayer ?

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

 

J’ai vaincu l’autisme de mes enfants

o

J’ai vaincu l’autisme de mes enfants

o

Face à un diagnostic d’autisme sur son fils âgé de 3 ans et de très forts soupçons posés sur son cadet de 1 an, Nathalie a refusé de se résigner à un verdict sans appel, à l’irréversible. Avec détermination, elle a suivi son instinct lui disant qu’il avait quelque chose à faire et a réussi l’impossible.

o

Incroyable, extraordinaire, et tellement porteur d’espoir !

autismeCette jeune femme québécoise de 31 ans a fait suivre à ses deux enfants autistes, envers et contre tout(s), un régime alimentaire anti-inflammatoire et a adopté les principes de ce qu’on appelle une approche biomédicale. Elle consiste en un changement de diète donc mais également en une supplémentation vitaminique, un traitement des intestins et la chélation (désintoxication) des métaux lourds. Dans son livre Etre et ne plus être autiste (Thierry Souccar éditions), Nathalie se confie pour tenter de donner de l’espoir aux parents qui vivent avec cette problématique qu’on dit irréversible et qui prend de plus en plus d’ampleur à l’échelle planétaire. Car, en matière d’autisme, les chiffres sont implacables. En Amérique du nord, le nombre de cas a grimpé de 600 % en 20 ans, un enfant sur 68 est touché et 1 garçon sur 42. En France, officiellement, 1 enfant sur 100. En aucun cas, Nathalie n’affirme que toutes les personnes atteintes d’autisme ou de troubles envahissants du développement peuvent connaître une rémission ou, comme ses fils, une disparition complète de leurs symptômes grâce à cette approche. C’est son expérience qu’elle raconte, elle qui n’avait rien à perdre mais tout à gagner.

Le choc du diagnostic d’autisme

autisme« Le ciel m’est tombé sur la tête le 25 août 2011. Une psychologue ultraspécialisée en troubles du développement nous a annoncé que notre fils aîné Nicolas était atteint d’autisme. Cela faisait des semaines que nous répondions à des questionnaires et assistions, impuissants, aux évaluations de notre fils. J’avais des doutes bien sûr mais je ne voulais pas voir, j’étais dans le déni. Comment une mère pouvait-elle faire le deuil d’un enfant qui ne lui dirait jamais je t’aime ? Cela me faisait beaucoup trop mal. Sur le coup, j’avais même presque souhaité que Nicolas soit diabétique ou ait une insuffisance rénale mais surtout pas qu’il soit autiste ! A la spécialiste, j’ai mentionné mon cadet, Olivier, dont le comportement m’inquiétait sans que je me le formule vraiment. Je savais qu’ayant un frère aîné autiste, il avait environ 35 % de plus de risques de l’être lui aussi.» « Certains signes mentent rarement, nous l’évaluerons lorsqu’il aura 18 mois » m’a t-elle dit. Elle a également ajouté qu’il serait peut-être prudent d’attendre avant de mettre un troisième bébé en route compte tenu des risques qu’il soit atteint lui aussi. Je suis sortie de la pièce, sonnée.

Deux petits garçons en souffrance

Dans les semaines qui ont suivi, j’ai continué à me rendre aux différentes thérapies – ergothérapie, orthophonie, kinésithérapie, etc, – que Nicolas suivait depuis de longs mois. Démoralisée, je relisais en boucle le rapport de la spécialiste qui mentionnait les mots : stéréotypie, communication atypique, écholalie, autostimulation, hypersensibilité sensorielle, rigidité, hyperactivité auditive, trouble anxieux, etc. Le comportement typique d’un enfant autiste ! Nicolas faisait et refaisait à l’infini de longues chaînes d’objets, classait, alignait, empilait, analysait. Au moindre bruit, il relevait la tête, inquiet. Chaque petite perturbation dans son environnement le rendait anxieux. Il ne s’habillait pas seul, ne parlait pas, était complètement effacé et se comportait comme un véritable automate dans un corps de petit garçon. Olivier, lui, ne se déplaçait pas et ne s’intéressait à rien. Son visage était inexpressif, aucun son ne sortait de sa bouche. Il ne faisait que battre l’air avec ses bras, sans jamais nous regarder dans les yeux ni répondre à l’appel de son prénom. Son comportement avait régressé depuis l’âge de six mois.

Un clic et tout bascule

autismeMa vie a changé le 7 novembre de cette même année. Qu’est-ce qui m’a pris ce soir-là ? La maison dormait, j’ai tapé sur mon ordinateur deux mots qui a priori ne vont pas ensemble : guérir et autisme. Je ne m’attendais pas à un tel résultat. Or, une liste de liens est apparue. Le premier était le témoignage d’une mère qui racontait avoir guéri son fils autiste d’une manière qui me semblait absurde. Elle avait supprimé de l’alimentation de son enfant les produits laitiers et le gluten. C’était si détaillé que ça ne pouvait pas être bidon. Cette femme n’avait rien à vendre ! J’ai aussi cliqué sur la page de la fédération québécoise de l’autisme. Sans prendre position, l’organisme exposait la même théorie. Ma décision était prise, qu’avais-je à perdre à essayer ? Rien, je serais en paix d’avoir donné une chance à mes enfants. Le lendemain, j’ai appelé la fédération qui m’a confirmé ce que j’avais lu. J’ai passé les jours suivants à me documenter et convaincu mon mari d’essayer le régime alimentaire trois mois au moins. Et je suis passée à l’action.

Adieu gluten, produits laitiers, soja et sucres raffinés

Pourquoi eux ? Dans mes recherches, j’avais découvert que tous les individus ne digèrent pas facilement la gliadine-a, de petits peptides contenus dans le gluten présent dans le blé et dans plusieurs céréales qui lui sont apparentées. De plus, la gliadine-a a la capacité de rendre l’intestin plus perméable et certaines molécules, partiellement digérées, se retrouvent dans le sang. Elles sont susceptibles d’entraîner des maladies inflammatoires et des troubles touchant le cerveau. Quant aux produits laitiers, ce sont les différentes types de caséines qui posent principalement problème. Semblables à la gliadine-a du gluten, elles peuvent également circuler dans le sang lorsque l’intestin est très perméable, passer la barrière hémaotencéphalique (qui protège le système nerveux central) pour agir sur la production et le contrôle des neurotransmetteurs. Ce qui pourrait expliquer l’autisme et d’autres maladies neurologiques et neurodéveloppementales.

Quelques heures de régime et déjà, un miracle

autismeAprès 3 jours de ce régime, le premier miracle a eu lieu. Olivier nous a souri et regardés pour la première fois. Difficile de décrire ce que nous avons ressenti ! 5 autres journées ont passé, son ventre a dégonflé alors que jamais nous n’avions pu traiter sa constipation qui le faisait souffrir. Le soir même, il s’est remis à babiller après six mois de silence. Etait-ce une coïncidence ? Nicolas, quant à lui, se comportait déjà bien différemment après une semaine. Des amis sont venus et pour la première fois, il est resté sans hurler ni se boucher les oreilles. Etonnamment, il semblait content d’être là. Il riait aux éclats, entraînant avec lui les enfants de mes amis. Du jamais vu. Néanmoins, le « sevrage » de notre nourriture habituelle – lait, pain, céréales… – ne s’est pas fait sans mal chez les enfants. Surtout chez Nicolas qui pendant une quinzaine de jours est devenu agressif, s’est mis à crier et à mordre. Puis, tout est rentré dans l’ordre.

9 métaux lourds dans le corps !

Le changement de régime était en cours, il fallait maintenant penser à la supplémentation vitaminique, au traitement des intestins et à la chélation (désintoxication) des métaux lourds. J’ai consulté une naturopathe. Des analyses (cheveux, urine, sang) devaient établir si mes fils étaient intoxiqués aux métaux lourds, détecter la présence de levures et de parasites dans leurs intestins, déterminer le métabolisme des acides gras, révéler les possibles carences en vitamines et les intolérances alimentaires, etc. Les résultats ont montré que les intestins de mes fils étaient poreux et enflammés, infestés de mauvaises bactéries. Un désastre encore pire chez Olivier âgé de tout juste 1 an : présence de nombreuses carences alimentaires, de parasites et de levures dans les intestins ; 24 intolérances alimentaires au compteur et 9 métaux lourds (plomb, aluminium, mercure, arsenic, etc) dans ses organes ! La naturopathe a prescrit pour mes fils des supplémentations vitaminiques et nous avons supprimé de l’alimentation des aliments qu’Olivier ne pouvait plus supporter en raison de sa très grande fragilité. Bref, notre nourriture (bio, sans hormones de croissance et d’antibiotiques, sans additifs chimiques ni colorants) est devenue la plus naturelle possible – volaille, poissons, fruits et légumes en abondance.

Des progrès fulgurants

Six semaines après le début du régime et de la supplémentation, les thérapeutes de Nicolas l’ont réévalué car ses progrès avaient été fulgurants. Lui qui ne s’exprimait que par un mot, deux au plus, souvent peu compréhensibles, m’a dit un jour de janvier : « maman, aujourd’hui, j’ai joué avec mon ami Antoine ! » Puis, un premier : « je t’aime maman ». Tous les thérapeutes étaient scotchés, n’en croyant pas leurs yeux et leurs oreilles. Quant à l’orthophoniste, elle m’a déclaré « A à peine 3 ans et demi, Nicolas a le langage et la compréhension d’un enfant de 5 ans et demi/6 ans. C’est inexplicable ». Olivier, 16 mois, s’est mis à nous imiter, à pointer du doigt, à manifester ses émotions, à faire au revoir et coucou. En mars 2012, tous les dossiers de mes fils ont été fermés, leur développement était parfaitement normal. Un miracle. Des personnes totalement objectives et spécialisées en troubles envahissants du développement constataient elles aussi la métamorphose de nos fils ! Ils n’étaient plus autistes. Puis, nous avons entrepris la désintoxication aux métaux lourds et les progrès ont continué. Nicolas est devenu propre du jour au lendemain et allait aux toilettes comme si c’était devenu la chose la plus naturelle du monde. Olivier, qui ne supportait pas d’être touché, a cessé de se sentir agressé par son environnement 3 semaines plus tard.

Au tour de l’oxygénothérapie hyperbare

J’ai également testé l’oxygénothérapie hyperbare. Elle consiste à faire respirer de l’oxygène – dont la pression est supérieure à la pression atmosphérique normale – à une personne que l’on place dans un caisson fermé. J’étais tombée sur une étude scientifique parue en 2009 qui soulignait que l’oxygénothérapie hyperbare était un des moyens d’améliorer les performances des enfants autistes. D’autres études avaient démontré des bienfaits similaires chez des enfants atteints de paralysie cérébrale. On y expliquait que l’oxygène à pression élevée reçue dans le caisson pouvait se dissoudre dans le sang, circuler dans les cellules, et atteindre en profondeur les tissus endommagés, notamment le cerveau. Les résultats ne se sont pas fait attendre. Au fil des jours, Nicolas est devenu de plus en plus volubile et la perception de son corps s’est améliorée. Surtout, il s’est mis à dessiner spontanément car son imagination était devenue débordante. Lors du diagnostic d’autisme, on m’avait dit qu’il ne serait pas capable d’imaginer ce qu’il ne voit pas, ni de raconter des histoires, et qu’il aurait toujours beaucoup de mal à parler d’hier ou se projeter dans l’avenir.

Prête à tout pour la santé de ses enfants

autismeTout cela a eu un coût : les tests, les suivis des enfants chez la naturopathe, la supplémentation… Mais mon conjoint et moi avons simplement revu nos priorités. Qu’importait de changer de voiture pour en avoir une plus grande ? L’essentiel était (est) la santé de nos enfants et j’étais prête à tout. Aujourd’hui, il est vrai que notre vie telle qu’elle est, nous coûte un peu plus cher puisque nous suivons le même régime alimentaire tous les cinq. Néanmoins, nous avons maintenant un immense potager bio qui nous fournit en fruits et légumes et nous faisons également partie de différents groupes d’achats qui nous permettent d’économiser. Les enfants n’ont plus aucun traitement, à part une supplémentation en oméga 3, en probiotiques, et en vitamine D chaque hiver.

Un lien entre l’intestin et le cerveau

Mon livre a été publié au Canada en 2015. J’ai été autant acclamée qu’on m’a jeté des pierres parce que les idées nouvelles effraient. Des parents d’enfants autistes ont également tenté de discréditer mes propos alors que mon livre est un témoignage, l’expérience vécue par ma famille et pour laquelle les témoins ont été nombreux. Peut-être ont-ils rejeté sur moi la culpabilité qu’ils ont ressentie lorsqu’ils ont appris qu’ils auraient peut-être pu faire quelque chose pour améliorer la santé de leurs enfants… autismeJe ne comprends pas pourquoi l’être humain peut ressentir le besoin d’attaquer les autres  plutôt que de se réjouir de leur réussite ! Tout cela a cessé de m’atteindre le jour où j’ai commencé à recevoir des dizaines et des dizaines de lettres de parents du monde entier témoignant de la métamorphose de leurs enfants après avoir suivi, à leur tour, la même approche que ma famille. Tout cela venait prouver aux sceptiques que je n’avais rien inventé ! J’ai créé un site internet et une page Facebook, Etre et ne plus être autiste, afin de publier des témoignages qui viennent appuyer le mien, ainsi qu’une foule d’études scientifiques qui commencent à explorer le lien entre l’intestin et le cerveau. Notamment, le 16 juin dernier, la très prestigieuse revue scientifique américaine Cell publiait une importante découverte faite par le Baylor College of Medicine, au Texas. En transplantant à des souris présentant des troubles comportementaux une espèce de bactérie manquante dans leur intestin, les chercheurs parvenaient à renverser les troubles associés à la sociabilité, typiques chez les personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme.

Cette histoire m’a transformée en tant que femme et mère, elle m’a appris à remettre les choses en question, à aller jusqu’au bout, à suivre mon intuition et mon coeur de maman. Je me sens investie d’une mission car si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce à une mère comme moi qui a raconté son histoire sur internet ! J’ai eu le bonheur de voir renaître mes enfants, maintenant je souhaite transmettre mon message d’espoir au monde entier. En 2013, j’ai accouché d’un 3ème garçon aujourd’hui en pleine forme, alors que selon les statistiques, ses risques d’être autiste étaient très élevés.

Claude de Faÿ

pour www.magicmaman.com

Livre témoignage de Nathalie

Etre et ne plus être autiste ou comment notre famille a vaincu l’autisme…naturellement
Nathalie Champoux – Thierry Souccar éditions

À l’été 2011, après que son fils aîné a reçu un diagnostic d’autisme et que les médecins ont soupçonné le même trouble chez son fils cadet, Nathalie Champoux, une jeune mère de 31 ans, entreprend des recherches qui la mènent sur une piste étonnante : contrairement à ce que les médecins affirment, l’autisme serait réversible par des changements d’alimentation et de mode de vie.
Pour sortir ses enfants de leur bulle, elle met en place une alimentation hypotoxique, basée sur des produits frais bio, sans lait ni blé, enrichie en compléments alimentaires spécifiques. Le résultat est spectaculaire : après seulement quelques jours de ce régime, ses enfants voient leurs capacités d’expression améliorées, ils interagissent davantage, contrôlent mieux leurs mouvements ; en 3 mois à peine, ils ont complètement rattrapé leur retard.
Aujourd’hui, leur développement est absolument normal.
Ce récit vibrant de courage et de détermination est un formidable message d’espoir pour les parents d’enfants autistes ou atteints d’un trouble neurologique ou de développement (trouble de l’attention, dyspraxie, dyslexie, troubles de l’apprentissage, syndrome de Gilles de la Tourette, troubles anxieux, dépression). Il leur trace les pistes à suivre pour inverser définitivement ces troubles.

« Un livre d’un intérêt scientifique et humain énorme »
Jacqueline Lagacé, spécialiste en microbiologie et immunologie, auteur de Comment j’ai vaincu la douleur

o

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net